Rugby au pied !

George Jackman

Le rugby a débarqué dans ma vie à ma naissance. Sous la forme d’un chien, nommé rugby. Un boxer qui voulait me faire la peau parce qu’il croyait que j’étais un chat, ce crétin ! Nos rapports se sont améliorés au fur et à mesure d’une fréquentation forcée. Rugby a, par contre, implacablement imposé une hiérarchie personnelle : mon père, ma mère, mes deux soeurs, LUI et moi. En échange, j’avais le droit de lui imposer toute forme de torture jaillie de mon esprit déjà tordu. Nous nous sommes donc pourri la vie dans un profond respect mutuel.

 

Le rugby a continué sa percée dans ma vie par le biais de mon père, ancien joueur de Béziers. Oui…Le Béziers de la grande époque. J’ai donc assisté à des matchs et également joué pendant une brève période à un poste complètement improbable compte tenu de ma constitution. Je refuse d’appeler mon père pour lui demander le numéro (je crois que c’était le numéro 9 ). Il pourrait avoir le mauvais goût de me demander pourquoi.

 

Le truc, c’est que je me suis rapidement aperçu que le rugby rendait mon père complètement hystérique. J’ai des souvenirs de beuglantes (ya pas d’autres mots !) devant la télé. J’ai eu le malheur d’émettre une opinion à plusieurs reprises. Ma prestation de commentatrice de rugby fut tuée dans l’oeuf immédiatement. J’ai également commis un sacrilège absolu me condamnant ainsi à l’enfer sur une vingtaine de générations. Mon père m’avait offert son maillot de joueur de l’époque. Apparemment, le saint Graal. Je l’ai perdu. Oui ! Vous avez bien lu…. en fait, je l’ai pas perdu. Je l’ai laissé avec toutes mes affaires chez mon ex mari qui s’est empressé de tout mettre consciencieusement à la poubelle.

 

La vie continue, les mecs avec lesquels je partage ma vie ne sont pas fondus de sport donc le rugby passe aux oubliettes.

 

Jusqu’au jour où je partage ma vie, mon cul et mon coeur avec un mec, obsédé, lui, par le rugby. Entre nous, il ne s’est toujours pas remis de la perte du maillot de mon père. Il m’a regardé, effaré, quand je lui ai raconté ça. Bref…Comme j’ai tendance, comme une bécasse que je suis, à me fondre dans les goûts de mon mec, je me remets donc au rugby. Au début, tout allait bien, il était ravi. Le problème, c’est que quand je m’intéresse à quelque chose, j’émets, au bout d’un moment, une opinion. Suis je bête !

 

Match France -Angleterre, coupe du monde de rugby 2007. J’avais trouvé le match contre les All Blacks lamentable. Nous avions gagné en les empêchant de jouer, ce que je trouve d’une mesquinerie absolue. Dans les 5 premières minutes, l’Angleterre nous plante un essai soit 5 points. Le match se passe et comme tout le monde le sait, nous perdons. Écart ? 5 points comme par hasard. Et là, l’homme absolument charmant se transforme en homme absolument odieux. Pourquoi ? Ben, parce que comme une conne, d’ un, j’ai osé dire que l’Angleterre méritait de gagner et de deux, elle avait gagné en nous empêchant de jouer. Comme nous avec les All Blacks. Et qu’il fallait pas venir chialer ! Qu’est ce que j’avais pas dit…

 

DRAME ! Non seulement nous nous sommes engueulés toute la soirée mais également le lendemain matin même s’il a fini par reconnaître que j’avais un chouia raison hein

 

Depuis ? Je ne m’intéresse que très vaguement au rugby. Ça m’a complètement refroidi. Je ne comprends pas qu’on veuille que je m’intéresse à un truc et qu’on m’envoie chier des que j’émets une opinion contradictoire. En m’expliquant que je n’y connais rien. Sauf, que je fais preuve de bon sens, moi ! Cette histoire de match m’a coupé dans mon élan rugbystique.

 

Il y a quinze jours, l’ Angleterre a de nouveau gagné contre la France. Je n’ai pas regardé. Question d’avaler, en fermant ma gueule, tous les commentaires possibles et imaginables. C’est pareil pour le reste, je ne regarde pas , je ne demande pas, question d’avaler, en fermant ma gueule, tous les commentaires possibles et imaginables…

 

Quand on me parle de musique, et que l’homme qui traverse ma vie à ce moment là, s’y intéresse, je ne l’envoie pas chier dès qu’il donne son avis. On peut ne pas être d’accord. Mais je ne deviens jamais barjot quand je suis face à une opinion contradictoire (okay…sauf pour la politique mais ça, ça rend tout le monde cinglé, alors ça compte pas !). Je suppose que ça doit être symptomatique d’un comportement.

 

Dès ma naissance, j’aurais du me méfier….(le) rugby a toujours été une source d’emmerdes considérables !

 

Z’avez pas vu Rugby ? Oh la la la la la la


Où est donc passé ce chien

Je le cherche partout

Où est donc passé ce chien

Il va me rendre fou

Où est donc passé ce chien

Oh! Ça y est, je le vois !

Veux tu venir ici,

Je n’le répéterai pas

Veux-tu venir ici,

Mmmmm, sale bête va !

Veux-tu venir ici

Oh! Il est reparti !!

Crédit photo Flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.