Meet Yas (Mirwais & Yasmine)

 

Auteur non identifié

Mirwais est musicien, auteur, compositeur, producteur. Classé parmi les cinq meilleurs producteurs du monde. Egalement ancien guitariste de Taxi Girl, producteur de deux ou trois albums de Madonna, dont « Music », à mon avis, le chef d’oeuvre de celle-ci. Yasmine Hamdam est compositeur, auteur et chanteuse.

 

Billet datant du 10 février 2009.

 

Une interview organisée par Spöka. Une rencontre organisée au Flore. Il avait été décidé dès le départ que je passerais un moment avec chacun des artistes mais séparément. J’ai longuement discuté avec Yasmine Hamdan, moins, hélas avec Mirwais. De plus, les conversations n’ont pas été axées de la même façon. Echange plus « politique », plus général avec Mirwais. Alors que l’album et la musique ont été au centre de mes échanges avec Yasmine. Je suis rentrée, heureuse d’avoir rencontré ces deux êtres humains là. Malheureusement quand j’ai voulu reprendre l’enregistrement audio de cette interview, ce fut la catastrophe. Inaudible, inexploitable. Ce n’est donc pas une retranscrition fidèle mais plutôt une certaine idée que je me fais de tout cela… Bienvenue dans « YAS », l’album.

 

« Il semble que tu viens dans le but de nous libérer, mes yeux

Tu veux pas remettre ça à plus tard ? Pour l’amour de dieu. »

extrait de « DA »

 

Je ne sais si Mirwais et Yasmine Hamdan sont venus pour libérer mais YAS, leur projet commun est incontestablement un manifeste esthétique comme le dit si bien Mirwais. La seule déception vient du fait qu’ils ont choisi la seule chanson en anglais, enfin en partie, pour le single de sortie. J’aurais préféré, mais ce n’est que mon avis, une option plus radicale.

 

Un manifeste esthétique que porte, au départ, Mirwais.

 

C’est compliqué d’interviewer celui-ci. Aussitôt la question posée, il s’envole et vous ne contrôlez plus rien. Son agacement face à Bono, porte-parole de l’humanitaire, se commettant avec des politiques et n’hésitant pas à déplacer ses revenus vers la Hollande, une fois que l’Irlande n’est plus le paradis fiscal escompté… Sa révolte face à la crise, en me citant un brillant économiste qui avoue que le capitalisme doit… capituler et qu’un système d’extrême gauche doit renaître, nettoyé de ses erreurs. Il est face à moi, imposant, calme. Accessible. Et jamais vraiment. Je tente d’en savoir plus sur le genre qu’il s’est choisi sur son myspace « de la pop punk ». Genres contradictoires s’il en est. Justement, toutes les contradictions de cet homme se retrouvent peut-être résumées là. Il ne supporte pas l’élite et convient pourtant que nous en avons besoin. Il a souvent dit qu’il pratiquait l’expérimental commercial. Le voilà le gros mot. Mirwais s’inscrit dans la pop. Pop comme peuple, comme populaire. D’origine afghane, la solution, à ses yeux, s’impose. Après le 11 septembre 2001, il constate un repli vers la chanson française. La peur a des conséquences sur la musique. Comme un repli sur soi. Et il m’explique. Face à la fracture entre deux mondes, la pop culture agit. Car au final, si on prend par ex, l’histoire des blacks aux Etats Unis, on part d’un jazz exigeant, en passant par la soul pour finir au rap, et l’on arrive à Obama. La musique a fait beaucoup, mine de rien. Elle accompagne des mouvements sociaux, bande son des révoltes de Martin Luther King et de Rosa Park, combat le pouvoir pour plus de droits « Fight the power ! ». Et finalement, Mirwais tente de faire, la même chose à sa mesure. Créer la bande son qui pourrait accompagner la réconciliation. Intégrer à travers le langage, la culture orientale. Une façon de sortir de l’enclave dans laquelle on les enferme, eux, peuples du monde arabe. Un album d’intégration. Un manifeste.

 

Le projet de base était donc un album en arabe. Une vraie volonté. Mirwais et Yasmine, se rencontrent. Elle montre ses maquettes. Il propose, soutient, conteste. Elle propose, soutient, conteste. C’est une collaboration. Pleine, entière. Avec ses heurts, et sa complicité. Le choc de deux cultures, l’électro, genre occidental, chanté en arabe, genre ignoré de nous. Ou si peu diffusé. Modernité versus tradition. Occident versus Orient. Oui, bien sur c’est un manifeste esthétique.

 

Yasmine est pourtant, et Mirwais me pardonnera, la rencontre de cette interview. Limite coup de foudre. Elle est arrivée, gracieuse, spontanée, agréable. Elle a commencé à parler, cherchant le mot le plus approprié pour répondre. Ses mains se mouvent, illustrent son propos, enthousiaste ou sérieux. Elle est libanaise, a quitté son pays au gré des guerres, s’exilant avec sa famille en Grèce, les émirats arabes, revenant. Elle est de partout et de nulle part, jamais vraiment à sa place. Quand elle commence la musique, elle ne se reconnaît pas. La musique du Moyen-Orient offre peu de possibilités, du folklore et de la musique religieuse et puisqu’elle ne s’y retrouve pas, se lance dans l’électro-acoustique. Pionniers d’une scène libanaise sans structures. Tout reste à inventer. Elle enchaîne des rencontres et des confrontations à d’autres univers musicaux. Elle crée. C’est absolument une créatrice. Elle a ce point commun avec Mirwais de pratiquer la distorsion, maniaque du son. Obsédée par les sonorités. Brisant certaines chansons traditionnelles, elle retient ce qui lui semble le plus poétique, l’interprète dans un accent différent si cela s’avère nécessaire pour que le miracle s’opère : les mots roulent dans sa bouche et s’enroulent autour de vous, créant, enfin l’émotion.

 

Je ne savais pas que la langue arabe pouvait se prêter au jeu du rap. En ce qui me concerne, l’anglais et le brésilien jouent bien le jeu. Mais « Da », un de mes morceaux préférés, est une belle démonstration. Inspirée en partie de deux chansons égyptiennes pop kitsch des années 80, c’est une chanson mêlée, argot libanais, argot égyptien/ palestinien, la fin venant de chansons arabes bédouines chantées avec l’accent palestinien. Cet accent qui fait vraiment nigger. Et je me demande combien d’heures, combien de nuits ou de petits matins, la belle Yasmine a-t elle passé à rechercher la perfection, la sienne ? Elle chante l’amour, insère des métaphores, que, elle, seule comprend comme un tête-à-tête, destiné au monde. Un chant traditionnel irakien, brisé, remanié pour renaître, et j’espère, parcourir le monde entier. Oui. Réconcilier les langues. À défaut de comprendre le sens, se laisser bercer par la musique de mots, danser dessus, opérer une réconciliation là où tous les politiques ont échoué. Ou du moins l’amorcer. J’aime l’idée que sur les dance floors occidentaux, nous nous agitions sur de la musique crée par deux exilés, l’un d’origine afghane et l’autre libanaise. Faire taire cette méfiance qui se cache en fond de nous. Là où le dialogue est rompu, la musique peut faire beaucoup.

 

Yasmine, femme consciente, qui me parle de mélancolie. Sentiment que je pratique jour après jour. Elle dit que cette collaboration l’a tirée vers le haut. L’a sorti de son spleen, l’installant dans une certaine dynamique. Elle parle de l’érotisme du moyen-Orient, où contrairement à nous, la séduction s’opère à coups d’images et non pas à coup de mots crus, seuls, alors que là ils sont enrobés de poésie.

 

De la poésie justement avec le morceau  » Azza ». Celui que je chéris. La voix de Yasmine est une percussion supplémentaire. Et encore une fois, aucun hasard. Des heures, des calculs mentaux, pour bien faire sonner les mots. Quand elle m’a envoyé par mail la traduction des chansons, j’ai éclaté de rire quand j’ai lu qu’il y avait autant d’humour. Et l’affection que je porte à cette chanson s’en est trouvée décuplée. C’est dommage que je ne puisse vous faire écouter ces deux morceaux. Moi, qui aime tant le partage, me voilà frustrée. Car il n’y a qu’en écoutant que vous pouvez comprendre ce que j’entends par la magie de la sonorité et des distorsions.

 

Yasmine, belle découverte, à qui je souhaite le plus grand succès. Comme un symbole, dans le trailer, elle est la première femme et première arabe à mettre les pieds sur la lune. Elle, qui pleure tant quelque part, après elle. Belle Yasmine, qui s’entête à trouver le bon son, le bon sens, la bonne place pour ses mots, celle qu’elle cherche peut-être pour elle-même. Mirwais qui se met en péril à chaque album, disant « quitte à me planter, autant prendre des risques ». Mirwais le rebelle gentilhomme. Le punk gentilhomme…

 

Il conclut en riant, car ça l’amuse, sur le fait que son cousin soit en course pour la présidence de l’Afghanistan. Je lui demande s’il est tenté par le ministère de la culture. Il rit encore. Je lui demande si c’est une façon, lui qui a été à la recherche de ses racines, d’y arriver. Je n’aurai pas la réponse. Mirwais est un homme prolixe mais définitivement secret.

 

La réponse est dans l’écoute de cet album. Achetez-le. Participez au manifeste. Achetez car c’est une façon de manifester ! J’aimerais que résonne à travers le monde la voix de Yasmine. J’aimerais que cette foutue planète achète en masse cet album. Djamel Debouzze l’a bien dit « Vous avez pas remarqué ? Le lendemain de l’élection de Obama, tous les blacks dans la rue marchaient comme s’ils avaient tous un diplôme ! « . Ils avaient tous relevé la tête. Fiers d’être ce qu’ils sont. Je souhaite le même miracle pour cet album. Que les êtres humains qui appartiennent à cette culture relèvent la tête. Fiers.

 

« YAS » sortie fin avril 2009

Maison de disque : AZ Universal

 

 

 

1 commentaire sur “Meet Yas (Mirwais & Yasmine)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.