La caisse et la défense

Australië, Geelong, maart 1959. Auteur inconnu

Prenez la défense de quelqu’un, et il vous fera payer l’addition. Voilà ce que je constate depuis quelques années. Je crois qu’avant, je n’avais pas fait le rapprochement.

 

Sérieusement. Ajoutez à cela l’ingrédient de la branlitude des jeunes années, et vous constaterez également que les branleurs d’hier sont les psychorigides d’aujourd’hui. Bref… Je m’égare.

 

C’est implacable, j’ai fait mes comptes : 80% des gens, enfin j’appelais ça des amis auparavant, que j’ai pu défendre et soutenir, se sont tous retournés contre moi. À croire que ça les renvoie à de mauvais souvenirs et que le jour où vous avez besoin de leur indulgence, indulgence dont ils ont largement bénéficié auparavant de votre part, tout le monde est aux abonnés absents.Très déstabilisant.

 

Votre entourage leur en fout plein la gueule, vous, vous tentez de comprendre, de ne pas juger, d’expliquer, de dire et de redire que les choses ne sont jamais ni noires ni blanches. Vous vous mouillez pour eux. Vous montez au créneau. Vous êtes solidaires. Sans être reconnaissants, après tout, ils ne vous ont rien demandé, vous percevez chez eux comme une tendresse. Une certaine forme de contentement de ne pas être abandonnés à leur triste sort de criminel livré en place publique.

 

Sauf que le jour où vous êtes dans la mêlée, à votre grande surprise, vous ne bénéficiez même pas d’une indifférence. Non. Ils vous font la gueule. Vous pourriez comprendre qu’ils n’aient pas envie de s’en mêler. Vous pourriez comprendre que la lâcheté puisse les conduire à une attitude réservée. Mais non. Ils vous en foutent plein la gueule. Bizarrement, vous passez à la caisse pour un acte que vous estimiez positif. Rangé dans la case du peu de choses dont vous pouvez être fiers. Apparemment, il y a maldonne, ceux que vous avez défendus vous en veulent à mort.

 

Pourquoi ?

 

J’avoue que j’ai du mal à appréhender la mécanique. Quelque chose qui les renvoie à leurs faiblesses. À partir du moment où leur propre trahison s’enfonce dans le passé, ils se rachètent une conduite et gueulent avec ceux-là même qui les avaient condamnés. Manière d’effacer la faute. Leurs fautes. Et puis, ça fait du bien de se défouler sur celle qui est toujours relativement compréhensive face à l’incompréhensible. Parce que ça tape sur les nerfs au bout d’un moment. Parce qu’ils ont fait le mal, leur morale doit être élevée. Mais vraiment élevée. Au final, en vous faisant passer à la caisse, ils se rachètent une conduite. Pas très grave si c’est vous qui faites le chèque, le découvert est comblé.

 

La banque morale n’est jamais très regardante avec le signataire pourvu que ses comptes soient à flot.

Crédit Photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.