5 commentaires


  1. ·

    Tu connais le sujet mieux que nous et tu sais combien il n’y a pas de solutions… Essayer sans cesse de limiter « l’attente » tout en jonglant avec la pression, son bien heureux antonyme…

    « Je suis un être entier et certains comportements me heurtent alors que les 3/4 des gens s’en foutent » –> Disons que certains intériorisent mieux, mais ce n’est pas forcément une qualité.

    A ta dispo pour attendre ensemble 🙂

    Répondre

  2. ·

    ‘tain que c’est long les attentes. Les évènements font que tu lâches prise, de temps en temps, pour se protéger. J’aime les gens qui sont encore touchés, émus, c’est tellement épuisant d’être sous contrôle pour ressembler aux autres. Tu ne changeras pas. On aime se dire que 40 berges, c’est un premier bilan, une étape intermédiaire, une sorte de moitié de passée. T’as raison, 39, ça ne sert à rien. On peut se dire qu’à 38, ce n’est pas encore 40. Mais 39, c’est trop près ou pas assez 40.
    J’aimerai plus te ressembler sur bien des aspects, sur un courage certain, sur ces qualités qui me font croire en tes projets. ça me rendrait heureux, tout simplement. Si pour quoi que ce soit… un petit mèl.
    Et puis, en t’observant, je pense que ça fait plus de cinq mois que j’aie 39 ans.

    Répondre
  3. Catnatt
    ·

    @ben la désinvolture me rend dingue. Mais j’apprends à négocier avec

    @Sapiens, toi aussi de 71 ? Belle année :p

    Je ne sais pas à quoi tu fais référence en parlant de certaines de mes qualités. Tout ce que je sais, c’est qu’être moi m’épuise lol

    Surtout, je crois, et ce n’est pas une qualité loin de là, c’est que je suis libre, enfin j’aime plus que tout l’être, mais le prix à payer est forcément une certaine forme de solitude, s’accentuant implacablement avec les années.

    « Tu ne changeras pas ». Je crains que tu n’aies raison… Est ce une bonne nouvelle ? Oui. Mon égo est hyper flatté quand des gens retrouvés sur facebook qui m’ont connue enfant, me disent, « c’est dingue, t’as pas changé! »

    Les mêmes révoltes. La même énergie. La même sensibilité. Simplement, je canalise plus.

    Tu es semblable. Ce sont les mêmes choses qui te font vibrer maintenant que lorsque tu étais enfant. Ca se sent dans tes textes.

    Répondre

    1. ·

      Je pars du principe qu’on ne change pas forcément le naturel qui nous a construit très tôt. On évolue un peu par rapport aux autres (de temps en temps un peu moins impulsifs par exemple, mais je m’aperçois en fait qu’il s’agit d’une retenue, ce n’est pas naturel). Le fait de « ne pas changer », ce n’est pas être statique, c’est peut-être être fort dans ses convictions. Même si parfois, on aimerait ressembler à d’autres. Encore que.
      Comme disait l’autre, le plus dur est de s’accepter, pas de tenter de ressembler à quelqu’un d’autre.
      Ouaip, 71, c’est la plus belle.

  4. Catnatt
    ·

    « On évolue un peu par rapport aux autres (de temps en temps un peu moins impulsifs par exemple, mais je m’aperçois en fait qu’il s’agit d’une retenue, ce n’est pas naturel)

    Exactement, ça devient une discipline qui parfois sous le coup d’une pulsion vole en éclats…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *