7 commentaires


  1. ·

    Ah, comme j’aime ce billet ! Vous avez raison de « dédiaboliser » les rencontres qu’on peut faire via le web. Si elles restent un temps virtuelles, parce que la dimension de chair n’y est pas encore, il n’est pas rare que la mise en présence physique ne démente pas les élans virtuels. Je me suis souvent fait la réflexion qu’un blog agit bien plus efficacement que n’importe quel filtre et que la sélection s’y fait naturellement, au fil du temps, sans urgence, et que les affinités se trouvent et se prouvent. Longue vie.

    Répondre
  2. Catnatt
    ·

    C’est gentil! D’autant que tu « vois » qui c’est Baci 🙂

    Je crois pas qu’un blog agit plus efficacement, mais c’est un lieu comme un autre, c’est certain

    Répondre
  3. Log'Alecto
    ·

    Pffiou faut pas faire des déclarations d’amour comme ça alors que je suis une éponge à hormones!
    C’est beau en tout cas, vous faites un beau « couple » au sens premier du terme.

    Répondre
  4. baci
    ·

    dans ce texte que j’ai déjà lu plusieurs fois, je crois que la phrase qui me tue chaque fois c’est « même si je ne suis plus là »
    parce que ce n’est pas imaginable, pas conceptualisable, quelle que soit la raison, que tu ne sois plus dans ma vie tout le temps.

    merci. encore.

    Répondre
  5. Cylk
    ·

    Je vous kiffe toutes les deux pour des raisons différentes, et vous êtes différentes, ce qui vous réunis, je crois, c’est la sincérité, l’honnêteté, l’apanage des gens biens.
    Bravo Catnatt pour ton texte touchant. J’espère un jour avoir un(e) tel(le) ami(e).

    Répondre
  6. @nicoleduforum
    ·

    Par hasard dans un coin du web, il y a quelque chose qui correspond à ce que je vis. Merci pour ce texte

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *