3 commentaires


  1. ·

    Bravo pour le travail de recherche et de synthèse qui, comme toute synthèse, comporte des biais. J’ai envie de dire deux choses avant de sortir. En Europe, tout prêt de chez vous l’accès à une couverture sociale 100% n’existe pas et les soins à deux vitesses sont une institution, ceux des riches et ceux des nécessiteux. Et enfin, ma prof de philo, si d’elle j’ai retenu une seule chose me disait « ne pas exercer son droit de vote c’est laisser la porte ouverte aux dictatures ». Il fallait bien le rappeler.

    Répondre
  2. Catnatt
    ·

    Merci d’avoir commenté Gicerilla 🙂 Je retiens la citation de ta prof de philo pleine de bon sens mais qui malheureusement n’est pas appliqué par tous 🙁

    Répondre

  3. ·

    très élégant billet, le malaise vient pour partie du fait qu on ne peut désirer ce qu on augmenté de quelques phrases politiques malheureuses du genre « je suis à la tête d’un état en faillite », le patrimoine des français (hors APU) vaut 6 fois le PIB, autant dire que la faillite n’est pas pour demain et qu’en plus des idées (richesse intellectuelle), la France est aussi riche financièrement. Je souhaite, avec vous, que les politiques talentueux dont la France dispose soient aussi courageux, qu’ils ne tombent pas dans la cuisine internationale (et copient l’Allemagne) et qu’ils soient capable de nous sortir une cuisine terroir de France faite de solution sur mesure pour l’économie française, Je le souhaite et allez… j’y crois aussi
    http://www.rubenglobaleconomics.com/2011/02/declaration-damour-economique-a-la-france/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *