Et le corps, et le cerveau, et le coeur…

Woodstock

 

Lancinant ou d’une violence rare,

Parfois inachevé, souvent absolu,

Une tension sourde qui explose de mille feux,

 

 

Et la révolte,

 

Et l’embrasement,

 

Et le coup d’état,

 

 

Etre dévasté(e), désaxé(e), presque perdu(e)

Dans un univers de troubles enchantés

Où règne une force despotique

 

 

Et la brutalité,

 

Et l’éblouissement,

 

Et l’abandon,

 

 

Jamais ne devient une habitude

Toujours une surprise, une étincelle, une déflagration,

Se tendre comme un arc vers cette issue fatale

 

 

Et l’ivresse,

 

Et la chute,

 

Et le vide,

 

 

Une respiration qui brutalement s’accélère,

Un visage qui se crispe et se détend,

Le sang qui afflue, bouillonne d’ardeur, se répand,

 

 

Et le soubresaut,

 

Et la contraction,

 

Et le spasme,

 

 

Une tempête sans âge et sans but,

Un orage millénaire, une force antédiluvienne,

Un torrent ancestral qui emporte tout,

 

 

Et le corps,

 

Et le cerveau,

 

Et le cœur,

 

 

Une humidité, un glissement, une moiteur,

Des râles, un cri, des soupirs, une plainte, des silences, un feulement,

Une main qui s’accroche, griffe, ou s’abandonne,

 

 

Et le plaisir,

 

Et le sourire,

 

Ou les larmes,

 

 

Une émeute des sens : mutinerie des émotions et effervescence de l’âme

Se fondre dans l’eau de l’autre, échapper à l’espace et au temps, le corps irradié

Comme un incendie d’eau

 

 

Encore,

 

Et encore,

 

Et encore,

 

 

Quand la bestialité reprend tous ses droits,

Où l’humanité s’anéantit,

Pour siéger à droite de Dieu,

 

 

Et l’éternité,

 

Et les ténèbres,

 

Et l’immortalité,

 

 

Un basculement de l’être, un voyage vers l’oubli,

Dans un ailleurs rayonnant, un au-delà lumineux,

Un monde sans limites, une terre brûlée,

 

 

Et la plénitude,

 

Et la profondeur,

 

Et les abysses,

 

 

Par delà la jouissance,

Ni paradis, ni enfer,

La petite mort,

 

 

L’orgasme est une révolution…

 

 

(texte écrit pour Shot By Both Sides dans le cadre des Chromatiques Révolution)

2 commentaires sur “Et le corps, et le cerveau, et le coeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.