Music can’t wait #4

Au programme, Rover (qui aurait quand même du penser à son référencement en choisissant son nom), Nathaniel Isaac Smog et sa pop solaire, les djeunes code qui n’en veulent de Unknown Mortal Orchestra et le bon vieux rock à la papa de Hanni El Khatib.

 

 

Evidemment le single « Aqualast », mon coup de coeur absolu en ce moment. C’est une voix juste vertigineuse, une chanson terriblement émotionnelle, une complainte en trois temps. Le style ? Un chemin périlleux entre la pop, la variété, et quelque chose de rocailleux, d’âpre. Exercice de haute voltige. Pour l’instant, Rover nous propose un EP. « Tonight » reste à la hauteur, très cold wave. Attention à ne pas à en faire trop, ça pourrait très vite tourner au syndrome Muse. D’ailleurs, on enchaîne avec « Birds » et on commence à frôler l’indigestion. Artiste à suivre, c’est indéniable mais il serait bon qu’un producteur canalise tout ça, à mon sens.

 

http://www.myspace.com/musicrover/

 


Rover – Aqualast par CInq7

 

Laissons la noirceur de Rover derrière nous et passons à la section pop solaire. On commence par un Ep, celui de Nathaniel Isaac Smog. C’est joli, choupi, mimi. On reste dans le même genre de voix, des hommes qui passent très facilement de l’aigu au grave, avec une mention spéciale pour Rover tout de même. L’automne est là, et c’est peut-être pour ça que j’ai un gros faible en ce moment pour la pop. L’été se termine mais si on peut le prolonger musicalement, pourquoi résister à « Little place » ? « Requiem for a happy life » porte bien son titre. Il y a quelque chose de naif dans les compositions de Nathaniel Isaac Smog. Ca fonctionne très bien sur le format EP, j’ai des doutes sur un éventuel album. « Sleepwalker » est une jolie ritournelle folk, mélancolique. J’ai un peu de mal avec « Dark Hollow », Les leviers sentimentaux, c’est bien quand on appuie pas comme un bourrin dessus.


http://www.myspace.com/nathanielisaacsmog

 

 

 

 

On s’encanaille un peu avec Unknown Mortal Orchestra, le nom de groupe le plus prétentieux, lorsque l’on y réfléchit, de la rentrée. Retour aux sources, de la pop psyché, perchée, de type seventies avérée. J’entends déjà que ça râle au fond, sous prétexte que tout a déjà été fait ou quasi en ce domaine. Certes, mais j’aime quand même. J’adore le choix du choeur des voix trafiquées. C’est pas la révolution mais qu’est-ce que c’est bien foutu. Je vais m’enfoncer, mais je trouve qu’ils ont, eux, bien pris le tournant contrairement à MGMT qui s’écoute trop composer et cherche le concept au prix de la musicalité si j’ose dire. Unknown Mortal Orchestra a parfaitement digéré 30 ans de pop-rock psyché et s’ils n’inventent rien, ils ont au moins la décence d’être de bons recycleurs.

 

http://unknownmortalorchestra.com/

 

 

 

 

Haaaaaaa le retour aux sources rock’n roll de Hanni El Khatib avec « Will the guns come out ». Ca faisait combien de temps qu’on avait pas entendu quelque chose d’aussi rock et aussi « simple » ? Simple pas dans le sens superficiel mais droit et dépouillé . J’aime aussi quand il braille, ce qui n’est pas spécialement gagné chez moi, n’ayant aucun penchant pour les voix qui s’arrachent la gueule.  C’est extrêmement bien foutu, c’est pêchu,  les mélodies tiennent la route, la production est nickel. Une valeur sûre. Pour un peu, on pourrait croire que Elvis est venu faire un ptit tour par chez nous et s’est payée une virée avec Jimmy H >> dédicace à Ulrich.

http://www.myspace.com/hannielkhatib

 

 

 

 

Pour tout ce qui concerne l’électro, je vous renvoie à deux chroniques de Ed Loxapac sur Playlist Society : Displacer et Heck , pointus et excellents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.