9 commentaires

  1. PatatoOor
    ·

    « Ceux-ci ont voté pour Eva Joly, tandis que – malgré je crois une affection sincère – les têtes d’affiche ont subi ce choix. Ce sont des petites phrases entendues de ci de là de certains qui me poussent à écrire ça. Personne n’y a cru. Résultat, les électeurs n’y croient pas non plus. »

    Et il semblerait qu’il n’avaient pas tord vu ce que ça donne.

    Je ne remets pas en cause ses idées ou ses qualités de juge, mais au niveau politique elle n’est clairement pas à sa place.
    Pourtant ce n’est pas les leaders de qualité qui manquent chez EELV : Daniel Cohn-Bendit, José Bové ou encore la talentueuse Cécile Duflot.
    Nicolas Hulot, pas assez gauchiste, a été écarté, très populaire mais il n’aurait certainement pas mis de coté ses convictions écologique pour favoriser la stratégie du parti, rien ne dit qu’il aurait pu survivre dans l’arène politique, faite de couts bas.
    Même Noel Mamère ou Dominique Voynet auraient pu faire un meilleur score et porter la voix des verts plus loin.

    Quant à Melenchon, si les sirenes du vote utile d’un PS aux abois ne se font pas trop fortes, il pourrait facilement approcher les 20%.

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      Je ne suis pas sure que ça soit la question de « au vu des résultats ils n’avaient pas tort ». Ils ont participé au désamour. Il sont allés à la campagne contraints et forcés.

      Ca fait un moment que Duflot me pose problème. C’est une fille brillante incontestablement mais je perçois son individualisme. Ca me gêne énormément. Je n’aime pas le « style Duflot ».


  2. ·

    J’étais trop jeune de quelques mois pour voter en 2002 (j’aurais choisi Mamère), mais ce qui s’est passé m’a poussé à voter Royal en 2007, mollement, sans conviction. Le 10 mai au soir, avec des amis, nous nous sommes promis de nous engager en faveur du PS, de militer pour que le sarkozysme finisse par trépasser après cinq ans qu’on imaginait pénibles mais dont on ignorait encore l’ignominie.

    Évidemment, nous ne l’avons pas fait.

    Nous nous sommes mis en colère devant nos télés, nos journaux, nos sites Internet favoris, dégoûtés par cette droite qui ne nous correspondait pas et cette opposition qui ne relayait même pas correctement notre indignation et nos envie de révolte. Mais cette révolte sur canapé a des limites.

    Alors que je pensais, il y a six mois encore, votre tranquillement PS au premier tour (DSK avec envie, puis Hollande parce que pourquoi pas), l’ouragan Mélenchon a fini par me sortir de mon canapé. Par me donner envie de crier ma colère plus loin qu’à travers mon salon, ma haine de cette droite détestable et ma consternation de voir cette gauche de plus en plus centriste refuser la moindre prise de risque. Je pense qu’un Mélenchon président nous fâcherait avec le monde entier, je ne suis pas certain que 100% de son programme soit réalisable (mais après tout, quel programme l’est) ; en tout cas, j’ai été secoué et séduit par son refus épidermique de supporter plus longtemps l’injustice et la marchandisation du monde, ainsi que par de nombreuses propositions aussi fortes que marquées par le sceau du bon sens (même s’il faut se méfier du « bon sens », qui pousse aussi beaucoup de gens à voter Le Pen « parce qu’elle dit des choses vraies, quand même ».

    Je ne crois pas à Eva Joly. Je n’y ai jamais cru. Un problème d’image, certes, mais aussi un problème de charisme. Je ne doute pas qu’elle ait été un excellent juge ; à présent je pense qu’elle pourrait faire une bonne meneuse d’opposition, ou une syndicaliste hors pair. Je ne sens pas la femme politique en elle, même si EELV a choisi la candidature la moins suicidaire en la préférant à Hulot.

    Mon choix est fait. Je ne succomberai pas au vote utile. Et tant pis si les courbes se croisent.

    Répondre
  3. Catnatt
    ·

    Merci Thomas d’avoir pris le temps d’expliquer ton choix 🙂 C’est vraiment intéressant.

    Je reste prudente, j’ai un côté girouette :p

    Je ne ferme aucune porte définitivement mais il semblerait que quoi qu’il arrive, le ps et moi, c’est une longue agonie, un désamour

    Répondre
  4. Etienne
    ·

    Alors… moi je voterais Hollande. J’aurais préféré Aubry.

    Mais c’est Joly et EELV (enfin surtout EE… les verts commencent a me saouler, Duflot est sympa mais…) qui représentent le mieux mes convictions politiques.

    Mais bon, 21 avril, vote utile, tout ça. Donc Hollande.

    J’aime bien Melenchon, globalement je suis bien content que y’ait un mec comme lui a gauche. J’ai adorer voir la lepen se pisser dessus. Mais je bloque complètement niveau Europe (ouais je suis un sale CSP++ de 30 ans internationalisé tout ça, et j’ai voté Oui en 2005 et le referais avec bonheur). Le principe de réalité se rappellera a lui un jour ou l’autre.

    Mais faut arrêter avec le « désenchantement » du PS, hein. Enfin merde, quoi, faut regarder ce qu’ils ont fait depuis 30 ans.

    Les retraites, les 35h, la CMU, abolition de la peine de mort, la liberté des médias, PACS, j’en passe et des meilleurs, et le tout en gérant correctement (voire bien) les finances de la France (66% de la dette des 30 dernières années ont été générées sous un gouvernement de droite).

    Je sais pas ce qu’il vous faut 😐 Bah oui, c’est clair, c’est pas des communistes ou des révolutionnaires, soit. Oui, ils sont très portés sur la synthèse, les compromis, la Real Politik machin chose, ils vont pas tout envoyer balader.

    Apres les institutions françaises ont clairement un problème, je suis d’accord. L’élection d’un roi tous les 5 ans.

    Encore que… La République étant ce qu’elle est, le vrai pouvoir est aux mains du PM – quand ce dernier n’est pas une marionnette.

    Ce qui veut dire que les vraies élections, c’est les législatives.

    Bon, certes, c’est pas des proportionnelles, ce qui est le deuxième problème de nos institutions. Mais ça donne un peu plus de liberté (faut juste faire gaffe a pas se retrouver avec une cohabitation Hollande – UMP…) niveau vote utile. Non seulement c’est plus libre mais en plus ça a plus de chance de se traduire en concret niveau gouvernement.

    (parce que même avec Melenchon, l’assemblée sera probablement socialiste).

    Le PS étant pour une dose de proportionnelle aux législatives, ils devraient pouvoir trouver un terrain d’entente avec EELV et le FdG pour reformer les institutions dans ce sens.

    Répondre
  5. PatatoOor
    ·

    Je pense qu’il faut voter selon ses convictions.
    Si le PS perd à « à cause de Melenchon », ayant encore une fois perdu il devrait se recentrer encore plus à gauche et favoriser Melenchon pour 2017.
    Si le PS gagne avec un gros score de Melenchon, ce dernier pourra négocier des choix politiques et des postes qui vont dans son sens.
    La gauche du PS souffre de trop de fragmentation entre le NPA, LO, les verts et le FG.
    S’ils avaient été unis ils seraient une force politique conséquente et pourraient peser face aux PS, ils auraient pu le faire dès 2007.
    La chance du FG est l’absence de Besancenot et peut être que là ça se produira.

    Je suis persuadé qu’une majorité des électeurs PS pourraient aussi voter FG, pourquoi ne pas lui laisser sa chance ?

    Répondre

  6. ·

    Je pense très fort comme toi… Nous étions à la Bastille hier, avec mon amoureux et notre bébé, et après coup, outre ce sentiment fantastique d’une gauche frileuse qui se remet enfin en branle et qui ose croire, voici les quelques pistes de réflexion que nous avons eues :

    – Je voterais Eva Joly au 1er tour, puisque comme tu l’as très bien dis, ce devrait être un vote de conviction et j’aime cette femme, indépendamment de l’image affligeante de son parti et de toutes ces têtes d’affiche qui se détournent lamentablement, j’aime sa proximité avec ses électeurs, j’aime son humanité que je sens profonde et juste.

    – Si Mélenchon siphone les voix d’Hollande et que Sarkozy est élu, ce sera tout de même une moindre défaite, car la gauche aura bougé et je crois que c’est inestimable. Les convictions, les espoirs, les évidences auront été défendues ! Les gens de gauche se seront permis de croire, d’espérer qu’on puisse changer quelque chose et si ce n’est qu’un début, ça aura au moins le mérite d’avoir existé.

    – Si Hollande est élu, il y aura un frein à toutes ces inégalités sociales mises en place sous Sarkozy, mais je ne crierais pas pour autant à la victoire, cela ira juste moins vite et sera moins flagrant, sans doute.

    Répondre

  7. ·

    sur les marchés et la force d’âme de dsk, il serait temps de rappeler que le ministre de l’économie qui le plus privatisé, il n’est pas de droite, il s’appelle… DSK
    il a notamment privatisé 3 banques

    Répondre

  8. ·

    et sinon j’en reviens à ce dégueulasse, je pèse mes mots, dégueulasse,
    que Jospin a choisi d’imposer, l’inversion du calendrier,

    qui fait que tout pèse sur la présidentielle puisqu’elle est placée avant les législatives. certes c’est la logique présidentielle de la Ve, mais il l’a poussée à son comble avec Chirac et le quinquenat (promu aussi par Jospin).

    c’est important, parce que du coup les législatives se jouent aussi déjà pendant la campagne présidentielle, qui est longue tandis que celle des législatives sera ultra courte.
    Et c’est important parce que la droite sera toujours moins divisée que la gauche en nombre de grosses structures et de candidats. La preuve, entre ceux qui ont « renoncé » exprès, Morin, Borloo, et ceux qui n’avaient aps les moyens d’avoir leurs signatures, Villepin et Boutin, la droite se retrouve avec 2 candidats + Le Pen, on ajoute 1 centriste et 1 illuminé, il en reste 5 à gauche, hollande + melenchon + joly + poutou + arthaud.

    pour les législatives, c’est super que mélenchon soit au dessus de 10%, et c’est aussi cette campagne là qu’il mène, celle qui empêchera le Ps d’avoir la majorité absolue au parlement si hollande est élu, et qui même sans participer au gouvernement permettrait au fdg de peser sur les orientations.

    Mélenchon est de gauche, Joly aussi, et ils aspirent moins à devenir présidents qu’à avoir droit au chapitre dans les décisions du gouvernement.
    C’est la présidentielle qui bi-polarise, forcément c’est uninominal, mais comme c’est à 2 tours ça transforme le 1er en tribune et en jeu d’équilibres internes à gauche et à droite.
    je crois que je je préférais encore le septennat.

    n’oublions que le pays le plus « présidentiel » soi-disant, les USA, ont un pouvoir de blocage bien plus grand que le aprlement français, et que les élections de mid-term peuvent mettre une pression énorme sur le président.

    d’ailleurs en France l’alternance est venue autant des législatives (1986, 1997) que des présidentielles (1981, 2002 dans des conditions qui en font une catégorie à part)

    il a fait plein de trucs bien Jospin, mais alors avoir créé de ses mains les conditions de l’échec répété de la gauche, ça il n’a toujours pas compris qu’il l’avait fait totu seul comme un grand

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *