11 commentaires

  1. Capuche
    ·

    Adapte-toi. Je ne veux pas que tu meures.

    Répondre

  2. ·

    so we are waiting for you !

    C’est marrant l’auto critique et le recul que tu prends sur tes écritures, comme s’il devait y avoir un but, ou un objectif. Ou de rechercher l’utilité.
    C’est un point de vue intéressant. J’ai toujours pensé défouloir, instant, sentiment, avis en ce qui concerne un blog, avec finalement ce je ne sais quoi de personnel que nous avons besoin d’exprimer.

    Répondre
  3. Catnatt
    ·

    Ce n’est pas la question du but ou de l’objectif. La question est de l’évolution permanente. Ca, ça m’intéresse

    Répondre
  4. Dumb
    ·

    C’est du WordPress, tu installes l’extension WPtouch et tu règles l’aspect « mobiles » sans avoir à bouger le reste.

    Répondre

  5. ·

    Merci Dumb, heureusement que tu étais là 🙂

    Ouf, on va pouvoir rester comme ça pour la vie entière.

    Répondre

  6. ·

    5 ans de blog,ça fait long et il faut évoluer. Je regretterai tout de même ces longues pages intelligentes écrites par une femme (et certaines « séries » je les ai même imprimées pour pouvoir les lire tranquillement).
    Car les femmes/filles écrivent beaucoup sur la mode, la cuisine, leurs lectures… Et, euh, sur quoi d’autre?
    Je ne parle pas des journalistes/bloggueuses pros.
    Bonne route Sailor!

    Répondre

  7. ·

    Évolue certes mais reste toi même. J’aime la façon dont tu écris, spécialiste ou non. Tu as quelque chose à dire. Tu es agréable à lire. On ressent une âme et çà fait tout.
    Je suis pareille que toi, en ce moment je ressens cette espèce de brouahah blogguesque, ce flou ou peu importe ce que tu postes du moment que tu le postes. Je dis non. Je dis que nous valons mieux que çà. Restons nous même et ce pour quoi nous avons commencé en premier lieu. Le reste suivra, ou non, mais ce n’est pas le plus important à mon sens.

    Répondre

  8. ·

    À la lecture de votre billet, un parallèle s’est fait immédiatement dans mon cerveau entre votre sujet et l’exigence du monde professionnel. Ainsi, pour rester dans la course, pour ne pas devenir obsolète, il faudrait changer. Changer de job, parce que ça fait déjà cinq ans que j’occupe le même poste et que sur un CV ça fait ringard, même si au fond le poste que j’occupe me plaît toujours. Changer parce que ne pas changer serait régresser car changer c’est évoluer, et évoluer est souhaitable. Comme si être statique devait nous faire sentir coupable, vilaine maladie qui nous remplit de vergogne alors que nous ne sommes pour autant pas de l’eau stagnant dans laquelle tout pourrit ! Pourquoi dès lors n’y verrait-on pas de la stabilité, de l’équilibre ? Nous vivons dans une société où il faut agir, agir constamment, être dans l’action, l’action rapide, désordonnée ? Tout sauf l’inaction car dans cette nouvelle équation, inaction = végéter.
    Non, non je ne suis pas d’accord avec vous si votre volonté de changement est motivée uniquement par l’envie de rester dans le ton ! Détonner nom de dieu, détonner**, comme vous en aurait enjoint mon prof de Philo. Résistez et par votre résistance au changement forcé et forcené montrez que c’est vous qui décidez de ce qui est tendance !

    ** j’ai bien choisi « détonner » avec deux n, et en détonnant peut-être allez vous créer une sacrée détonation qui ébranlera cette fichue part des blogs conventionnels !

    Répondre
  9. Catnatt
    ·

    J’ai dû mal rédiger mon billet 🙂

    Je reprends. Cette injection de changement, je ne la vois pas sur tous les plans.
    Ca fait neuf ans que je bosse au même endroit, 8 ans que j’habite au même endroit, 10 ans au minimum que je vis avec deux personnes, bon mes enfants mais ça compte :p
    Et j’en suis ravie.

    Comme je l’ai précisé dans le billet, ma conception du blog est très claire : c’est un mouvement constant. C’est comme ça que j’envisage les choses et c’est ce que j’ai toujours fait ! D’abord LadiesRoom, puis Epidemik, puis changer le look d’epidemik, créer Voldemag, partir de Voldemag, créer Heaven. Je ne subis pas ! J’en ai envie.

    Peut-être parce que justement ma vie est relativement statique par ailleurs.

    C’est marrant que vous interprétiez, enfin certains d’entre vous, ça comme quelque chose que je subirais. C’est pas du tout le cas. Et l’excitation que je ressens sur ce nouveau projet est particulièrement gratifiante : proposer autre chose, ne pas m’encroûter dans une forme d’écriture, apprendre à faire autrement.

    Je ne le vois pas comme quelque chose qui me forcerait à tout prix à rester dans le ton. J’aime observer le web, ses évolutions et m’adapter. C’est un jeu qui m’amuse. Et je ne crois pas que ça soit autre chose qu’un jeu.

    J’ai mal formuler ma phrase du début (mais j’aime les formules qui claquent) :

    Blog : s’adapter ou mourir. C’est pas que c’est fatalement ce qui va se passer. C’est ce que je ressentirai moi, en voyant le web évoluer sans en tenir compte. C’est quelque chose de positif. Quelque part c’est la vie 🙂

    Répondre

  10. ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *