8 commentaires

  1. Juan
    ·

    Mazette ! « Je m’appelle Juan et j’approuve ce message », comme ils disent outre-Atlantique. C’est formidablement vrai et vécu. Bravo!

    Répondre

    1. ·

      Han, merci Juan…
      Venant de toi, ça me touche beaucoup. C’est gratifiant en fait !


  2. ·

    « La Comédie humaine » Balzac. « Le prince » Machiavel. Sans vouloir remonter à « La République » de Platon force est de constater que la technologie évolue mais que les ressorts de l’être humain ne bouge pas. Cela me conforte dans ma misanthropie.
    Que de jeux d’ombres pour finalement la seule justification de notre présence qui est la perpétuation de l’espèce.
    Curieux d’avoir choisi un nom de député qui est celui d’un lycée incendié. Acte manqué ou illustration des illusions de gauche parties en fumées.

    Répondre

  3. ·

    Le choix de « Pailleron » n’est pas un acte manqué et à l’origine Valentine avait un nom de famille : « Buloz »…

    Répondre

  4. ·

    Maintenant il va falloir que tu nous dises avec qui tu t’es retrouvée coincée dans l’ascenceur. Arnaud Montebourg ?

    Répondre

  5. ·

    Ce que tu décris notamment bien, c’est l’utopie (les convictions) et les rêves face aux réalités.
    Plus les uns étaient en altitude, plus l’atterrissage devient brutal. Mais j’aime l’utopie et le rêve, cela permet de continuer l’espérance…
    … et de s’échapper de la réalité.

    Très bien écrit tout cela.

    Répondre

  6. ·

    Très bien tourné.
    C’est bien ça le problème de la gauche. Elle decevra toujours quoi qu’il arrive car on attend trop d’elle. La droite, le peuple n’attend rien d’elle, au pire elle énervera mais ne nous décevra jamais.
    Bayrou est sans doute une voie plus intéressante mais comme il ne veut pas faire de bruit, tout le monde s’en fout dans cette société où le buzz est la nouvelle religion.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *