11 commentaires


  1. ·

    On pourrait dire de DSK que c’est un politique nymphomane, non ?

    Avant il y avait le point Godwin maintenant il y a le point Mélenchon.

    Répondre
  2. Olivier
    ·

    J’ai toujours du mal à me réjouir de la mort de quelqu’un, et l’effet boule de neige va très vite lorsqu’il s’agit d’un personnage controversé comme elle ou Chavez.

    On voit les mêmes réactions inversées selon le camp concerné, pour Chavez, comme pour elle cela aura le déferlement de saloperies (vraies ou fausses, piétiner un cadavre, c’est tellement glorifiant vu de son clavier).

    Que ce soit Thatcher, comme tu l’écris, tu différencie sa politique, des reflexions sexistes, auquel on a eu droit pour Royal ou plus loin dans le temps pour Cresson (qui reste la référence en injures sexistes dans le monde).

    Effectivement, Thatcher a été élu plusieurs fois, et hormis Churchill, personne ne peut contester l’emprise qu’elle a eu sur son pays. Les libéraux, très affectés hier, qui ont la seule en Europe, pour réformer, et les autres, tous les autres, des ouvriers aux salariés, qui ont vu un cauchemar se terminer.

    Sur l’IRA, je reste dubitatif, les Bobby Sand et consorts, elle n’a jamais cédé, et il était élu aussi avant de mourir. Là, coté droit du prisonniers, je ne peux pas comprendre ça même il y a 30 ans.
    Sur les commentaires « nymphomane de la politique » c’est l’équivalent du coté burné de Poutine, de la gniack de sarko, du charme de Berlusconi. Le niveau zéro de l’analyse. Ce n’est pas parce que c’était une femme qu’elle reçoit toutes ses critiques, c’est pour son bilan, et sa personnalité, trop ferme, même pour l’époque. Les ouvriers du Nord, n’ont jamais oubliés.

    Après, elle n’était pas toute seule, on oublie trop Reagan, dans l’histoire, avec qui elle aura fait un couple de réformateurs mondiaux, Kohl, Mitterand ont du s’adapter, ils étaient clairement perdants face aux deux autres.

    Autrement, pour la petite histoire, hier soir tu avais du foot, le derby Manchester United, contre Manchester City. Une minute de silence était prévue. En Angleterre pendant un hommage, le public du stade se lève, et applaudit à tout rompre pendant une minute. Rien à voir avec le public non respectueux français. Hier soir, pour la première fois dans ce derby ou les deux publics sont toujours contre, ils ont refusés tous deux le moindre hommage. Elle ne leur manquera pas, parce qu’ils tous eu des proches, touchés par les grèves de 84 et des exactions de la police.
    30 ans après, ils n’ont pas oubliés.

    Répondre
    1. Bigre
      ·

      Euh… Chavez n’a pas reçu le millionième de ce que Thatcher est en train de recevoir.

    2. Catnatt
      ·

      Je n’ai sincèrement pas compris cette phrase, il manque des mots ou je débloque ? (en même temps, je ne maîtrise pas à fond le sujet) : « Sur l’IRA, je reste dubitatif, les Bobby Sand et consorts, elle n’a jamais cédé, et il était élu aussi avant de mourir. Là, coté droit du prisonniers, je ne peux pas comprendre ça même il y a 30 ans. »

      Je pense par ailleurs avoir été claire, pour moi Thatcher est clairement responsable de ces morts. Bon, maintenant, je vais être franche, je suis pas spécialement fan de l’IRA et consorts non plus.

      « Sur les commentaires « nymphomane de la politique » c’est l’équivalent du coté burné de Poutine, de la gniack de sarko, du charme de Berlusconi » Non ce n’est pas pareil, car il y a un pont entre la politique et la sexualité. On n’a jamais dit de DSK qu’il faisait de la politique comme il baisait il me semble. Et virilité n’est pas sexualité.

      Je suis d’accord avec toi sur plein de points sauf sur le noeud du problème : jamais aucun responsable politique n’a eu autant de chansons de haine à son sujet. Quoi qu’on en pense, ça dit quelque chose. Il y a sexisme. :). Il y a une façon de se foutre de la gueule de son sac (je ne sais pas quelle gonzesse se trimballe sans sac, sans déconner), de sa voix fluette (voir cours de diction obligatoire). Elle cristallise quelque chose probablement à la hauteur des espérances que les gens avaient en mettant… une femme au pouvoir…

    3. Olivier
      ·

      Me suis mal exprimé.
      Pour la grève de la faim des mecs de l’IRA (dont je ne suis pas fan non plus) je disais qu’elle avait été inflexible, ce qui lui a été reprochée pendant 10 ans ensuite. Ne pas céder par orgueil était son style politique.

      je n’ai pas écris que tu cautionnais ces actes bien entendu.

      Sinon, je suis d’accord sur le sexisme, mais je n’ai pas remarqué autant d’articles que toi en fait (j’avoue avoir lâché très vite hier) et sur les chansons, j’avoue qu’hormis celle de Renaud et de Morrissey, je n’en connais pas d’autre, certainement parce qu’elles datent de plus de 20 ans, et sur Morrissey, je ne suis pas objectif, je l’aime (pour d’autre raison que cette chanson).
      Après les critiques sexistes, honnêtement, relire la presse de 91 à l’époque de Cresson, cela a été un déferlement de haine comme je n’en ai jamais vu en France, que ce soit de droite ou de gauche.


  3. ·

    notre époque est individualiste mais déjà auparavant on survalorisait le pouvoir d’un-e seul-e,
    en histoire c’est seulement à partir des années 70 qu’on a commencé à envisager qu’écrire l’histoire ce n’était pas uniquement les rois et leurs guerres.
    la 2e GM? c’est hitler, mussolini, pétain, roosevelt, churchill.
    La 1e GM : c’est l’assassinat de l’archiduc

    etc.
    Dans son ouvrage encore largement d’actualité (mythes et mythologies politiques), Raoul Girardet identifiait bien la puissance du « mythe du sauveur », mais il a son revers, le leader incapable de nous sauver, ou celui qui nous mène par le bout du nez jusqu’à l’abîme (Pétain en serait l’exemple type)

    chaque fois qu’un leader français a fait part ouvertement d’une part d’impuissance, il l’a payé sévèrement, rocard et jospin notamment.

    ceci pour dire que j’approuve tout ce que tu dis, mais que je trouve ce travers à tout attribuer à une personne (tout en bien, ou tout en mal, c’est selon) extrêmement répandu voire structurant du rapport des électeurs à la politique.

    au fond, et là ça devient limite psychanalytique, une grande majorité aimerait ou espère s’en remettre à un chef. C’est tellement plus simple, non? Et c’est sans doute en partie inconscient, et alimenté par l’ego et le charisme de certains leaders qui alimentent copieusement c’est illusion de leur toute puissance.

    Répondre
  4. Catnatt
    ·

    Et je pense que ceci mettra tout le monde d’accord, j’ai bien ri en tout cas : « Au Nouveau Centre, certains responsables sont tout aussi inconsolables. C’est le cas de l’élu parisien Jérôme Dubus, qui va proposer, au prochain conseil de Paris, de rendre hommage à la Dame de fer « par la dénomination d’une rue ou d’une place », explique-t-il sur son blog.

    Des élus du Front de gauche avaient formé un vœu similaire lors du dernier conseil de Paris. Il s’agissait alors de rebaptiser un lieu de la capitale en hommage à… Hugo Chavez, mort le 5 mars. La proposition avait été rejetée. »

    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/04/09/clivage-souhaitez-vous-une-rue-margaret-thatcher-pour-la-france/#xtor=RSS-32280322

    Répondre

    1. ·

      😉

      qu’on donne son nom à une prison en Irlande du nord, ce sera très bien

  5. Bigre
    ·

    Refuser de céder aux revendications politiques d’un gréviste de la faim et ne pas le nourrir de force est ce vraiment le laisser mourir de faim ? J’ai un très gros doute moi.

    Répondre

  6. ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *