28 commentaires

  1. Catnatt
    ·

    C’est bien ça. C’est exactement la société dont je rêve, la violence en réponse à la violence.

    Vous êtes au même niveau qu’elle à présent, je vous félicite

    Répondre

    1. ·

      oui comme tu dis pour commencer, la violence comme réponse à la violence,
      ça nous :mènera pas loin,

      et puis aussi, et là c’est pas à toi que je m’adresse catnatt je te rassure :
      la prochaine fois qu’il sera question de la réforme de l’ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs, souvenez-vous des ordures que vous aurez déversées sur une gamine de 10 ans,
      la prochaine fois que vous vous dégueulerez avec bonne conscience sur la politique pénale de sarkozy, souvenez-vous que vous avez traité une gosse de 10 ans comme vous l’auriez fait d’une adulte

      et d’ici là, baignez dans le bain de pisse et de merde que vous avez déversé, l’odeur n’a pas l’air de vous déranger beaucoup

    2. Catnatt
      ·

      Te casse pas Arbobo, il semblerait que la défense de l’ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs est seulement pour les enfants des parents dont les valeurs morales sont irréprochables.

      J’adore ça la justice à deux vitesses, ça me fait kiffer ^^


  2. ·

    Le billet de François Morel m’a mis un peu mal à l’aise. Car comme il le dit lui-même, la petite fille en question n’est pas responsable, ce sont ses parents qui le sont. Et avant eux, leurs parents, et ainsi de suite. Traiter une petite fille de « pauvre petite conne », c’est effectivement violent. Mais je comprends son indignation, je comprends celle des gens qui ont fait circuler le lien, je pense qu’elle n’est pas très correctement exprimée : il faut s’en prendre aux coupables, qui sont nombreux, pas à l’enfant qui répète ce que lui disent ses parents, ce que nous avons tous fait, non ? On peut choisir beaucoup de choses, dans la vie, mais pas ses parents.

    Répondre
  3. Catnatt
    ·

    la logique du bouc-émissaire.

    Tellement easy quand c’est une petite fille qui de toute manière ne pourra pas se défendre à la hauteur de qui elle a en face d’elle : un adulte cultivé et normalement équipé d’un cerveau

    Répondre
  4. Albert
    ·

    Hum… Je ne comprends pourquoi vous relayez avec autant d’énergie ce que vous désapprouvez : le billet de François Morel, la vidéo des faits et maintenant les tweets (pour beaucoup des retweets, la façon la plus paresseuse de communiquer sur Twitter, ce qui explique pourquoi les parents échappent à la vindicte).

    Votre blog est désormais l’un des nombreux supports sur lequel cette enfant pourra se rendre compte de la portée de sa bêtise et des attaques qu’elle aura subies.

    Répondre
  5. Catnatt
    ·

    Ouais, ouais, c’est de ma faute

    ET ALLEZ, ON FAIT ENCORE TOURNER LES SERVIETTES DE LA CONNERIE !

    Répondre

  6. ·

    @Albert : sans doute que la gamine en question ne le saura jamais ou ne saura jamais que c’est d’elle qu’on parlait. Maintenant si on refuse de mentionner les gens sur qui on écrit, ça devient difficile !
    Le fait est que, de bonne foi, beaucoup de gens qui se rangent dans « les gentils » ont approuvé l’humeur et l’indignation de François Morel, parce qu’ils la partagent. Il ne peut pas être malsain de réfléchir un peu sur la pertinence de l’expression de cette humeur.

    Répondre
  7. MMriccie
    ·

    J’hallucine tellement que je laisse un commentaire. J’adhère à 100% à ton article et à ses mises à jours (au détail près qu’on est en novembre maintenant, comme le temps passe ;o)) et j’espérais qu’on serait plus nombreux.
    Le tout et n’importe quoi décomplexé fait vraiment des ravages partout… et je doute fort qu’on lutte contre le « fascisme » en pourrissant une gamine sur les réseaux sociaux.
    Du coup je poste un lien vers cet article à chaque fois qu’un amis partage joyeusement la chronique. En tout cas, si ça ne sert à rien ça ne saurait nuire.

    Répondre
  8. Raphaël
    ·

    Personnellement, je suis parfaitement d’accord avec François Morel. Pour différente raison :
    – Si personnes ne dit et ne lui dit que son acte est odieux, con, idiot etc. elle ne pourra pas en prendre conscience. Et à 10 ans, elle parfaitement en mesure de comprendre la différence entre le bien et le mal, le droit, le respect d’autrui, que ses parents peuvent se tromper. Encore faut’il appeler un chat un chat.
    – L’éducation passe par le fait de poser des limites. Ce n’est pas avec une démarche politiquement correct du style « Oh, la pauvre petite, elle a que 10 ans, elle ne savait pas ce qu’elle faisait, il faut pas lui en vouloir » qui va lui faire comprendre son erreur. Elle savait parfaitement qu’elle était en train d’insulter une adulte, notamment pour ça couleur de peau et ça c’est juste inacceptable quel que soit l’âge. Les enfants de 10 manient très bien les insultes, même si ils n’en saisissent pas toujours la porté.
    – Tu dis « Tellement easy quand c’est une petite fille qui de toute manière ne pourra pas se défendre à la hauteur de qui elle a en face d’elle : un adulte cultivé et normalement équipé d’un cerveau » Elle non, elle n’en a d’ailleurs pas le droit, mais ses parents peuvent le faire en son nom. Tu sais ces parents qu’ils l’ont amené à une manifestation, ces parents qu’ils l’ont laissé bafoué la loi avec des injures racistes. Ces parents qui sont sans doute très fière de leur fille et choqué des propos de François Morel.
    – Tu remarqueras aussi que Mme Taubira, elle ne peut pas répondre à ces insultes. Elle ne peut pas politiquement parlant attaqué une gamine 10 ans, surtout qu’elle est ministre de la justice.
    – Et oui, une enfant de 10 ans peut être une « petite conne, une idiote » à un moment donnée et être adorable par ailleurs.

    Je vais conter une petite anecdote pour illustrer ça. Cette semaine j’étais en vacances à la plage avec mes enfants. Les deux grands (10 ans en moyenne) se sont « amusés » à détruire ce que le plus petit (5ans) avait construit dans le sable, sous mon nez. Ils se sont fait rappeler à l’ordre, traiter de petit con et de merdeux, ce qu’ils étaient à ce moment là. Et ils ont du reconstruire ce qu’ils avaient détruit. J’aurai pu leurs dire « Oh, ce n’est pas bien ce que vous avez fait là, c’est très méchant, allez le reconstruire » mais ça n’aurait pas eu la même porté. Ils n’auraient pas compris le mépris que leurs attitudes m’inspirait sur le moment.

    Répondre

    1. ·

      c’est marrant,
      être capable de défendre 3 minutes de « sale petite conne » au nom de, je cite « le respect d’autrui »,

      une forme d’humour involontaire je suppose.

      Dans la forme (ici, le choix de mots par françois morel, qui est expert en la matière et le plus souvent irréprochable, n’oublions pas de le rappeler), il y a aussi du fond.

      répondre à une insulte par un insulte, ça enlève beaucoup au propos. On le fait chez soi, ou à la machine à café, au comptoir, mais publiquement ça perd beaucoup de poids.

      souvenons-nous ce qu’on a mis à sarkozy quand il perdait les pédales et balançait des injures à des citoyens en colère. On avait raison.
      Et pourtant, chaque fois il répondait à de premières injures, il était provoqué.
      C’est une des choses que j’ai détesté chez Sarkozy, cette manière de répondre à la médiocrité par la médiocrité, mais une médiocrité d’autant plus puissante qu’elle était assénée par lui (à l’époque, le président de la République, pour Morel, un chroniqueur respecté de la principale station de radio publique).

      Si les mots ont un sens, alors réfléchissons à tous les mots, à tout le langage, il ne suffit pas d’avoir raison pour que ce qu’on dit soit légitime.
      Oui, parfois la forme délégitime le propos.
      C’est vrai d’un prof aussi, par exemple (exemple vécu, je sais quand j’ai passé les bornes comme prof et les élèves l’ont clairement perçu, ils ont raison de l’avoir perçu et raison aussi de me l’avoir fait payer même si ça ne faisait pas mes affaires),
      c’est vrai aussi pour les parents, ce n’est pas parce que ton môme fait une connerie que tu dois le pourrir publiquement pendant 3 minutes au son de « sale petite conne ».

      le jour où je te vois faire ça à ton gosse devant moi, c’est toi que je juge, au moins aussi durement que le môme qui a fait sa connerie.

      il y a des dizaines de manières de dénoncer les propos de cette fille.

      c’est plus clair comme ça?


  9. ·

    Je n’aime pas du tout les mouvements de masse et l’édito de F. Morel que je n’avais pas écouté (mais je n’écoute pas la radio), pas plus d’ailleurs que je n’ai suivi de près l’affaire des insultes à l’encontre de C. Taubira, édito, donc que je n’écouterai pas, est du genre démago. Il ne prend pas beaucoup de risques derrière son micro à déverser sa bile politiquement correcte sur une petite fille qui ne fait que colporter les idées de ses parents.
    Il serait certainement beaucoup moins courageux à défendre les mêmes idées devant quelques adultes de carrure équivalente à la sienne.
    C’est ça que je n’aime pas. Cette lâcheté publique qui ne correspond généralement pas à un courage privé, ni à des convictions mises en pratique tous les jours.
    Pour ce qui est de l’éducation, mon fils est revenu un jour de l’école primaire en me parlant d’un garçon de sa classe dont tout le monde se moquait et même houspillait à la récréation. Ca le faisait rire. Je lui ai dit qu’il n’était pas obligé de l’aimer ou de s’en faire un copain mais que je lui interdisais de suivre le mouvement des autres, que c’était honteux de s’attaquer à plusieurs à un seul gamin. Résultat : il est allé le défendre, sans que je le lui demande et depuis, c’est un de ses très bons amis!
    Au fond, n’est-ce pas ce que fait Morel? S’attaquer en groupe (car tous ses auditeurs vont le suivre forcément) à une seule petite personne?
    Bref, je suis totalement d’accord avec toi! Bonne fin de dimanche.

    Répondre
  10. Raphaël
    ·

    Oui, moi, ça ne me dérange pas que quelqu’un dises le profond mépris que lui inspire l’attitude d’une enfant 10 ans et de ses parents et qu’il utilise pour ça des mots volontairement choisis.

    La même chronique, sans les mots « conne et idiote ». Ça devient gentillet, politiquement correct et tout le monde est propret sur lui. C’est sur, ça ne te ferait pas réagir.
    Mais est ce que justement le but de M. Morel n’est pas de te faire réagir dans ton « conformisme à toi » où une enfant est innocente et ne peut être prise à parti ?

    Répondre
    1. catnatt
      ·

      J’imagine que tu n’aimes pas le harcèlement que subissent certains enfants à l’école par d’autres enfants ?

      Tu trouves ça abominable ?

      En l’espèce le billet de François Morel obéit exactement à la même mécanique. L’harcèlement commence quand il y a répétition et acharnement. C’est ce qui se passe vis à vis de cette gosse. Mais comme c’est au nom de l’anti-racisme, ça passe comme une lettre à la poste, c’est légitime.

      N’est-il pas paradoxal d’encourager ce genre de procédé ?

  11. Spitoven
    ·

    Que l’on soit bien clair.
    Il n’est pas exceptionnel de se moquer du physique d’une personnalité politique, ni de la comparer ce faisant à un animal. Depuis le début de son quinquennat, François Hollande lui-même se voit régulièrement comparé à un singe dans divers photomontages à cause, entre autres, de certains aspects simiesques de l’image qu’il véhicule, notamment son manque de soin vestimentaire (cravate de travers, manches mal ajustées, ect). Nicolas Sarkozy y était également passé avant lui, bien que personnellement, le visage de ce dernier m’évoque plutôt celui d’un hibou et celui de François Hollande une chouette. Bref, la seule spécificité de ce cas est que, Christiane Taubira étant noire, la comparaison serait nécessairement et exceptionnellement raciste. Cela nous pose un problème en deux temps.
    Premièrement, on ne peut pas nier que les origines ethniques de toute personne jouent sur sa physionomie, même si ce jeu peut s’exprimer d’une quasi-infinité de manières différentes et n’est que très modérément restrictif. Par conséquent, si, par ce lien, se moquer de la physionomie d’une personne revient obligatoirement à dénigrer son origine ethnique, alors l’universalité dudit lien veut que toute caricature de personne ou assimilation de celle-ci à un animal quelconque constitue un acte raciste. On se demande alors pourquoi on a attendu l’affaire Taubira pour réagir.
    Deuxièmement, on m’objectera peut-être que non, se moquer de la physionomie d’une personne ne revient pas obligatoirement à dénigrer son origine ethnique, mais qu’ici, la victime étant de couleur noire, c’est indéniablement le cas. Il n’y a pourtant pas d’autre élément venant corroborer cette certitude ; ainsi, si le seul fait que la victime soit noire permet d’affirmer que nous sommes en présence de racisme, cela signifie que la même conclusion s’impose face à tout acte du même type visant n’importe quelle personne de couleur noire. Cela étant dit, on ne peut qu’en conclure que si l’être humain est capable de se moquer d’une personne de couleur blanche pour son aspect individuel et spécifique, mais ne peut en faire autant à l’égard d’une personne de couleur noire sans mépriser son origine ethnique, alors nous devons admettre que l’être humain est universellement raciste par nature, l’est toujours aujourd’hui malgré toutes les campagnes de prévention contre le racisme, et le sera probablement toujours quoi que l’on fasse. Dans ce cas, autant jeter l’éponge, ou ne travailler qu’à le cacher, ce qui expliquerait pourquoi les principales organisations de lutte contre le racisme se soucient avant tout de visibilité. Ou bien on peut réfuter cette idée selon laquelle le racisme serait indissociable de la nature humaine, par moult contre-exemples soigneusement posés et vérifiés, et ainsi, de fil en aiguille, on ne pourra déduire avec certitude de la mésaventure de Madame Taubira qu’il s’agit d’un acte raciste comme on prétend le faire ici.
    En ce qui me concerne, j’ai vu, comme tout le monde je pense, des milliers de noirs, de blancs, et toutes les couleurs de peau qui existent, et au milieu de tout ce monde, il n’y a que Madame Taubira qui pour moi a effectivement un petit air de ressemblance avec une guenon, bien que, par respect pour elle, je ne me serais jamais avisé de le lui dire le premier. Je prétends donc pouvoir affirmer en toute sincérité que je ne suis pas coupable de racisme, puisque le trait que je vois chez Madame Taubira, je ne le retrouve chez aucune autre personne, qu’elle soit ou non de la même origine ethnique que notre bien-aimée Garde des Sceaux.

    Mais bien sûr, M. Morel n’est ni suffisamment intelligent, ni suffisamment cultivé, ni suffisamment ouvert d’esprit pour être seulement capable effleurer de telles pensées, ni pour réaliser que, quoi qu’il arrive, aucun enfant à dix ans n’est encore capable de contredire ses parents. Bref, c’est avant tout sa propre éducation qui est à refaire, même si pour un parvenu arrogant et un idéologue installé, c’est toujours particulièrement ardu.

    Répondre
    1. catnatt
      ·

      J’aime pas ton commentaire spitoven, je le trouve super tendancieux.

      Mais là en l’état, t’es imprenable (j’ai fait une rapide recherche internet tu es vraisemblablement de la manif pour tous mais je dois bien avouer que tes commentaires sont toujours mesurés)

      Donc je vais pas le supprimer même si ça m’ennuie beaucoup. Mais je tenais à te le dire.

      Qu’on se méprenne pas je suis pro mariage pour tous.

    2. Spitoven
      ·

      Et moi je ne suis pas de la Manif pour Tous.

      Pour ce qui est du Mariage pour Tous, deux choses me chagrinent principalement :
      – Les arguments phares des partisans de cette loi sont faux (comme l’égalité des droits, qui n’est que pure affabulation dans ce cas précis d’un point de vue juridique) ; d’autres bien plus pertinents n’ayant ainsi pas été débattus.
      – Le débat n’a pas réellement eu lieu puisqu’il ne s’agissait que d’un duel rhétorique particulièrement agressif et non de mise en commun d’idées, ce qui a empêché de considérer d’autres solutions qui pour moi se devaient d’être étudiées (et il ne s’agissait pas de l’idée superficielle d’union civile mais d’une réflexion approfondie sur l’utilité des normes sociales et des formes qu’elles doivent prendre).
      Je suis contre toute loi qui se promulgue de cette façon. Comme disait Gandhi, « La fin est dans les moyens. »

      Mais merci d’avoir laissé mon commentaire.


  12. ·

    Ça s’appelle monter un incident en épingle,
    … pour en faire un évènement (médiatique)
    Signe surtout d’une crise de la profession journalistique qui ne recule devant rien pour boucler ses audimats.

    Répondre
  13. Raphaël
    ·

    Donc, il ne faut rien dire ? Sous prétexte que c’est une gamine de 10 ans ? Manipulé par ses parents ? On la ferme, on dit rien tout va bien. On continu comme ça. La stratégie « pas de couille, pas d’embrouille », super, et dans 8 ans, on retrouvera les même petits cons devant une urne.

    Ce n’est pas du harcèlement, M Morel lui répond une fois et une fois il lui fait la morale. Il ne faut pas non plus généraliser. Quand on manifeste en public, il faut aussi s’attendre à avoir une réponse public.

    Répondre
    1. catnatt
      ·

      Non la réponse est simple : on porte plainte. Pénalement, ce sont les parents qui sont responsables. Je pense qu’une bonne procédure avec un rappel à la loi est beaucoup plus pédagogique parce que faite dans le calme et la rationalité qu’une chronique radio où on insulte cette gamine.

      Au moins cette gamine aura appris que ses propos sont illégaux.


  14. ·

    Extrait de l’article : « il y a un truc auquel j’essaye de faire très attention, c’est de toujours qualifier le comportement et non pas l’être ».
    Dire à quelqu’un tu as fait une connerie ou dire à quelqu’un tu es un con, ce n’est pas la même chose.
    François Morel, vous auriez mieux fait de la fermer.

    NB. 50+ tweets débiles ne changent rien à l’affaire

    Répondre
  15. Olivier
    ·

    Il est tout de même assez étonnant de lire que la plupart cautionne la charge de Morel sur une gamine de dix ans.

    Son acte raciste est de la faute de ses parents, rien que de ses parents. Ce n’est pas une gamine de dix ans, qui se réveille un matin pour aller à une manif pendant les vacances, pour jeter des bananes à Taubira. Cette gamine, je la plains plutôt qu’elle vive dans cette ambiance factieuse, avec des parents qui ne sont plus des démocrates ( six mois que la loi est votée).

    Le billet de Morel était valable s’il s’était attaqué aux parents de la gamine (et des autres parents vu la vidéo). Le racisme doit être combattu et ne doit jamais être défendu, mais certainement pas en insultant pendant 3 minutes sur Inter, sans aucune mesure. Cela apporte encore de la suffisance dans les propos.

    Perso, j’ai des gosses, et qu’un adulte insulte juste pour insulter une gamine ne fait pas partie de mes valeurs. Etre de gauche, c’est expliquer, lutter, combattre le racisme, la xénophobie, l’homophobie sous toutes ses formes. Si c’est juste insulter une gamine de dix ans, déjà elle ne peut pas comprendre, et surtout cela confortera leur idéologie nauséabonde.

    Morel avait été bien meilleur sur son billet concernant Frigide Barjot (Rigide Cajeot etc)

    Répondre
  16. Darcourt Lézat
    ·

    Majeures ou mineures, « dur sur les problèmes, respect des personnes », Olivier.
    Il serait temps que vous réalisiez que les lois que vous invoquez comme des absolus sont le plus grand commun diviseur de notre pays et que les choses ne peuvent pas en rester là, quoiqu’on en dise dans les états majors, à gauche et à droite.

    Répondre
    1. catnatt
      ·

      Je suis pas sûre d’avoir compris votre commentaire Darcourt

  17. marko
    ·

    D’accord, on aimerai bien que les parents soient les cibles, et sûrement qu’eux-mêmes auront trouvé abjecte cette chronique. Mais s’ils ne voulaient pas que leur fille soit attaquée, il fallait pas l’amener a une manif du mauvais côté de l’Histoire. Qu’ils se déclarent, défendent leur fille en en prenant eux mêmes la responsabilité.
    Quant au traumatisme de cette petite fille? J’ai aucune compassion. Si elle se faisait frapper par son père sous le silence de sa mère, oui, mais si elle se comporte comme une adulte conne, qu’on la traite comme une adulte conne, c’est une opportunité éducative, faut bien enseigner des limites aux enfants.
    Elle ne sera pas plus traumatisée qu’une lesbienne noire. La différence, c’est que cette petite conne, la vie lui donne le choix de ne pas devenir une grande conne. Alors que ses victimes elles, doivent avoir le peau dure.

    Répondre
  18. Patrick Salètes
    ·

    Merci, pour votre réaction, votre argumentation.
    Comme vous j’apprécie énormément F. Morel.
    Comme vous j’ai été choqué par sa chronique.
    J’ai été éduc.
    On m’a si souvent confié des enfants brisés, coincés entre des parents brutaux et racistes, auxquels ils cherchent malgré tout à plaire, et une société qui les réprouve.
    On ne répond pas à l’insulte par l’insulte.
    On ne blesse pas un enfant.

    https://www.facebook.com/patrick.saletes/posts/696670260345420?notif_t=like

    Répondre

  19. ·

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *