6 commentaires

  1. Cylk
    ·

    C’est bon de lire ça. On dirait une ode à l’espérance, à la passion, à l’amour profond, intrinsèque. Content que tu reviennes dans le monde des indécis, des aventuriers du quotidien qui s’élancent dans un soupir vers des cœurs plus ou moins libres. Tu as raison de dire que tu te sens belle et intelligente, car c’est vrai, c’est ce que tu es, et tant pis si d’autres t’ont fait souffrir, ils n’ont peut-être pas vu, ou compris, après tout, on s’en fout, tu vis de manière exaltée, et ça, c’est précieux.

    Répondre
  2. Catnatt
    ·

    J’aime beaucoup, beaucoup, le mot espérance. Si on arrive à maintenir en vie ce mot dans nos coeurs, je crois que c’est gagné

    Répondre
  3. margueriiite
    ·

    Garder l’espérance, et le feu. Même à 50 ans, et même encore à 60. Mais les râteaux laissent de plus en plus de traces. Et les quadra, quinqua, sexagénaires préfèrent -pas tous, c’est vrai- celles qui pourraient être leurs filles voire leurs petites-filles …

    Répondre

  4. ·

    J’aime beaucoup l’idée de la vieille dame bienveillante. Que l’on peut être aussi à 43 ans (mon âge également). Plus d’amour, de sourire et de bienveillance pour des rêves d’un monde plus beau auquel on ne peut que contribuer de cette façon.
    Le bonheur est contagieux. En étant comme tu le décris tu attireras les gens comme des aimants. J’en suis persuadée 🙂
    Je te souhaite plein de belles et bonnes choses pour la suite !

    Répondre

  5. ·

    J’arrive moi aussi aux 4 ans de séparation et j’ai 10 ans de plus que toi. J’espère accéder à cette légèreté qui fera revenir mon large sourire et mon regard « coquin » qui plait (encore) aux hommes.
    Merci pour ce billet d’humeur plein d’amour et d’indulgence pour toi-même!

    Répondre
  6. eric
    ·

    De la très soutenable légèreté de l’être…
    C’est long la simplicité et l’authenticité. Mais de quoi avait-on peur ?
    Une image, une minable petite image de soi.
    C’est quand on ne se soucie plus du mirroir que d’un coup, nous sommes plus beaux. Une fraîche drôlerie de l’existence.
    Et il y en aura d’autres pour vieillir joyeusement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *